Anonyme

Titre original : La Comunidad Mercedaria (los Mercedarios, Altar de la Transfiguración)

Huile sur toile, 2,16 × 3,03 m

 
 


La communauté de la Merci (les moines de la Merci, autel de la transfiguration)

Confréries de sainte Rose et « la Linda »Confréries de saint Jean-Baptiste et de saint Pierre

À la différence des confréries et des paroisses, les communautés monastiques ne conduisaient pas leur propre char. Ils participent sous forme de groupes bigarrés, dont le caractère massif est souligné par la diversité des vêtements sacerdotaux.

Dans ce cas, nous voyons vingt et un religieux avec les vêtements blancs et les armoiries de l'ordre de la Merci, précédés par une croix haute et des candélabres. Une ligne ondulante se glisse sur leurs têtes, marquant le rythme de la marche. La plupart d'entre eux observent en commentant les détails de l'autel dans la rue et de l'arc de triomphe.

Selon Maria Togni, la scène se situerait Place du "Regocijo". Sur l'armature du retable, reposent les figures des quatre docteurs de l'Église : Saint Ambroise, Saint Grégoire, Saint Augustin et Saint Jérôme. L'ensemble est présidé par une représentation de la transfiguration du Christ, sous l'invocation de laquelle était placé le collège des Jésuites : cette peinture ressemble à un tableau ancien, attribué à Diego de la Puente, qu'on peut voir aujourd'hui encore au retable du maître-autel de la Compagnie.

À l'exception des confréries, aucun des personnages du peuple, placés à la partie inférieure, ne prête attention au passage de la communauté : ils dialoguent entre eux avec animation en regardant le spectateur. On y voit la gamme peut-être la plus pittoresque des types de la rue : un fou "illuminé" brandit une croix avec des rubans de couleur ; un autre, qui porte un chapeau extravagant et un cheval en guise de jouet, fait face aux attaques d'un enfant qui tire des flèches. Tout cela cachait-il une intention ironique à l'égard des ordres religieux, fréquemment en conflit avec l'évêque, avec le chapitre et le clergé séculier ?

En contraste frappant avec cet univers burlesque, on voit à l'extrême gauche deux figures qui semblent être des porteurs.

Des quatre tableaux consacrés à l'origine aux ordres religieux, celui-ci est le seul qui reste aujourd'hui. Les trois autres -consacrés aux Dominicains, aux Franciscains et aux Augustins- sont passés de la collection Peña Otaegui, à Santiago du Chili.

Luis Eduardo Wuffarden

 

 
 
 
Début de la procession (le gouverneur Pérez)Autel de la cèneChar de la Candélaria (paroisse de l’hôpital des indigènes)
L’évêque Mollideno sort de la cathédraleChar de saint Jacques (paroisse de saint Jacques)Char de saint Sébastien (paroisse de saint Sébastien)
Confréries de sainte Rose et « la Linda »La communauté de la Merci (les moines de la Merci, autel de la transfiguration)Confréries de saint Jean-Baptiste et de saint Pierre
Char de saint Christophe (paroisse de saint Christophe)Procession des quatre saints (autel de l’Enfant Jésus de Huanca)Retour de la procession à la cathédrale (fin de la procession)